VOYAGER A PETIT BUDGET A BALI – BON PLAN # MADE IN BALI

# MADE IN BALI

Bali les deux premières semaines c’est la découverte et l’émerveillement .

Pour le reste, lire la suite vous en dira plus !

Bali est devenu une île très touristique. Dans 10 ou même 5 ans , son visage sera quasi modifié. Surtout le long des plages du sud, Kuta, Légian, Semyniak, très prisés des touristes notamment Australien. Kuta plus couramment appelé KUTA UNION TOURISTIQUE AUSTRALIENNE par les Bâlinais est juste la zone la plus affolante en terme de commerce et de vie nocturne. Ici on construit à vue d’œil, bientôt il ne restera plus que des immeubles et des hôtels de luxe.

En effet, le sud de Bali « le paradis des surfers », on peut trouver des plages pour débutants, pour pro, il y en a pour tout les niveaux.

the beach

Le soir, un large éventail de restaurants, Italiens, Americains, Fast Food, Indonésien « touristique » aussi, des soirées à thèmes avec projection de film de surfs, DJ on the beach, swimming pool party bikini dans certain hôtel, limite très bobo, où les filles ont des décolletés jusqu’au nombril, scintillent jusqu’à l’ongle manucuré 2H avant par une petite Bâlinaise sur la plage, marchent avec des talons dans des rues inappropriés au claquage de chaussures avec une bintang (bière locale) à la main ou les deux selon l’humeur festive.

Les surfers eux portent toujours le t-shirt Bintang car c’est  « in » de le porter à Bali, tu fais partie du move surf ! Plus ton t-shirt est décolleté sous les aisselles et ton torse plus c’est affreusement tendance.

un petit rituel le soir sur la plage en chanson çà change!

Bref le sud de Bali une destination parfaite si vous avez de l’argent à claquer , vous voulez boire jusqu’au petit matin, faire partie d’une fête de dingue avec des gens abdominés jusqu’à l’orteil en payant 25 dollars sans boisson juste pour vous trimousser la nuit , la meilleure planche farté , collé sous le bras bien sûr,  et danser avec une meute de surfrideuses stylées, shampouinées, brushingées jusqu’au matin. Ici c’est mode good vibes chic tendance tong. N’oublions pas que le dernier morceau musical en vogue dans le coin c’est la techno-dance remixé stromboscope néon fluo à fond la caisse des années 90. Un célibataire d’une vingtaine d’années peut cela dit, y trouver des vacances parfaites propice à la découverte d’une autre monde , plus ouvert dira t-on.

Donc trouver un logement c’est cher à cause de cela ! Cher surtout si on voyage longtemps, qu’on est un peu mode routard , qu’on a pas de belles chaussures et qu’on veut découvrir autre chose que ce qu’on trouve chez nous c’est à dire un semblant de côte d’azur ! (mais avec des vagues quand même et une autre langue , on est à Bali rappelons-le !).

Cela dit, on peut faire des économies et faire du surf et manger  pas cher si on se débrouille un peu et qu’on à une méthode !

Comment faire pour trouver un logement pas cher à Bali ? Comment se débrouiller sans faire le pigeon ?

Deux moi à Bali. Nous avons passés nos deux premières semaines à UBUD.

Se loger dans une villa à Bali :

Ubud c’est le seul endroit à Bali où l’on se sent immergé dans une autre culture.
Nous avions trouvé une maison à 5 km de Ubud, à MAS un petit village où il n’y a quasi pas de construction de type hôtelière, autrement dit on a vu la vraie vie Bâlinaise tout les jours.

notre villa

Beaucoup de proprios étranger construisent ici des maisons, des villas, ca reste le luxe c’est vrai mais on peut trouver des villas pas trop cher si on est plusieurs, d’ailleurs c’est le meilleur moyen !

Les villas pour 5 ou 6 personnes représentent un budget assez correct :

Comme nous étions 5, nous avons réservé une villa avec petite piscine dans un jardin tropical pour 100euros par jour soit 20 euros/tête. On trouvait cela pas très cher puis on s’est aperçu que l’on pouvait trouver des villas aussi à 60 euros/jour aussi.

une autre villa mais pas la nôtre!

Généralement dans les villas il y a le personnel de jardin, de nettoyage et aussi cuisinier.

Sincèrement on ne voulait pas çà dut tout, mais c’était inclus dans notre prix.

Ca donne du travail au Bâlinais  direz-vous mais je trouve que c’est juste de l’esclavagisme moderne, et on a juste l’impression de passer pour des millionnaires assistés ! Faut dire que 10euros c’est 100000roupies donc on a toujours cette impression d’avoir un paquet d’argent dans la poche.

Après il y a des gens que çà ne dérange pas et qui en profitent. Bref chacun sa vision. On l’a vécut 2 semaines et à la fin de ce séjour on a beaucoup appris sur la vie de nos petits Bâlinais : payer une misère par les proprios, servant jour et nuit, à disposition au premier claquement de doigt, d’ailleurs leur job n’est pas le seul, lorsqu’ils ont finis leur boulot à la villa, ils reprennent leur boulot perso, travailler dans la rizière, travailler le bois, s’occuper de leur famille…en fait ces Bâlinais travaillent 20H sur 24H et le reste c’est souvent pour apprendre l’anglais entre deux heures de sommeil.

Bref on est loin de chez nous. Bien sûr sans sécu, ca n’existe pas ici donc ne jamais tomber malade. Louer une villa c’est donc çà. Donner du travail à des pauvres gens( se donner bonne conscience socialement) tout en les rendant esclaves du monde étranger ( se sentir puissant et supérieur à eux) les touristes aveuglément adorent cela. La réalité. Amen.

Le centre d’Ubud est super touristique, magasins, restaurants mais ca reste quand même préservé. De Ubud on peut louer un scooter, se promener dans les rizières, voir les gosses jouer au cerf volant, assister à des cérémonies, des crémations en passant par ici ou par là.
On a évité les temples notés dans les guides car même les Bâlinais n’y vont plus, c’est juste pour les touristes , Donc le mieux est de louer un scooter, se perdre dans les paysages et apprécier au fil des km la vie qui est là sous vos yeux.

purification

S’arrêter, discuter avec les Bâlinais qui sont des personnes très curieuses, ou allez vous ? que faites vous ?  d’ou venez vous ? quel est ton job ? es tu marié ? Combien tu gagnes ? Ici c’est normal de répondre à ces questions et il n’y a pas de mauvaises pensées, ils sont curieux sur les autres c’est tout.

Ubud reste moins cher que la « côte », on peut trouver pour tous les budgets.

Ou manger ?

Manger dans un warung indo c’est mieux qu’un restaurant !

warung roulotte

Dans les restaurants on trouve sur la carte des prix attractifs, plat à moins de 5euros, jus de fruit frais pas cher, MAIS car il y a un MAIS, tout les restaurant sont soumis à une taxe gouvernementale donc on ne vous stipule pas ou c’est écrit en minuscule sur les cartes, la taxe à payer a l’addition ! Ca peut varier entre 10 et 25 %.

Donc en mode routard dans les restos c’est pas le meilleur plan ! On arrive vite à des plats à 8 ou 10 euros, comme chez nous  et 2 fois par jour, faites le calcul !

Non le mieux c’est d’aller dans les WARUNG, petite cabane a roulette, petit marché de nuit, petit restaurant ou l’on ne voit que des indos y faisant la queue, c’est souvent au bord des routes pour les roulottes, ou dans de petites rues cachés, adjacentes aux rues touristiques.

Les prix sont attractifs : on mange pour 1 ou 2 euros avec une variété de plats typiques, sur place ou à emporter, la boisson incluse et c’est bon ! mais ca pique souvent.

Région de KUTA , sud de Bali :

Comme dit plus haut dans l’article, le sud de Bali est l’endroit le plus commerçant à Bali.
Donc beaucoup d’hôtel cher, de villas ect. , d’ailleurs pour avoir sillonner pendant deux jours les rues pour y trouver un logement abordable, on a remarqué que il n’y avait rien en dessous de 30 ou 40 euros la nuit.

un bungalow dans un cottage

Donc la méthode pour trouver un logement pas cher :

–       Les losmen (maison d’hôte balinaise, une sorte de guesthouse locale)
Il y en a plusieurs , nous avions trouvé INADA losmen, une chambre avec une salle de bain, petite terrasse avec table et chaise, eau chaude (oui souvent il n’y en a pas) à Semyniak, Prix 15euros/nuit pour un couple au rez de chaussée ou 10euros/nuit à l’étage. Petit dej. inclus.

–       Les losmens c’est bien pour quelques nuits mais ca reste bruyant quand même on est pas vraiment tout seul, on entend souvent ces voisins, on est en promiscuité avec les autres (touristes toujours) donc ne vous attendez pas à vous reposer , par contre on peut aussi y faire de belles rencontres J
INADA losmen se trouve dans une petite rue derrière le supermarché BINTANG (le seul magasin alimentaire aux alentours) tout les taxis le connaissent.

Semyniak reste plus cher que Légian et Kuta car un peu plus calme et pourtant proche de toutes les commodités.

Faire plus d’économies car encore un mois à Bali, il nous faut un petit bungalow avec une kitchenette pour se faire à manger et éviter de manger dehors, oui on se serre la ceinture !

Comment trouver cela ?

Le mieux c’est de se poser dans un losmen une journée ou deux ou dans un hôtel si vous n’avez pas le choix, et de parcourir toutes les petites rues adjacentes à la plage pour trouver votre futur logement. Ceux ci ne sont généralement jamais référencés nul part !

1/ Sur les murs ou les poteaux électriques il y a souvent des affiches avec des numéros de tél pour louer des chambres, des maisons, des bungalows à des particuliers çà peut être une méthode.

2/ Vous vous arrêtez dans les cottages, les losmens et vous demander les prix., vous annoncez votre prix (max 12euros/nuit avec cuisine) , là on vous dira non, ou peut être oui si vous restez plus de deux semaines, tout se négocie.

C’est comme ca qu’on a trouvé une petite maison avec un étage à 100m de la plage, une salle de bain avec eau chaude, un séjour avec canapé et table pour recevoir du monde oui oui, une cuisine avec un frigo, des ustensiles de cuisine, des assiettes enfin tout ce qu’il faut pour s’occuper, air conditionné, un lit double protégé par une moustiquaire, ca reste très simple mais c’est très bien. Une petite souris faisant sa vie ici (sa maison avant nous) qu’on observe quelque fois en guise de documentaire tv.

Notre maison 

Pas d’internet ni de téléviseur mais il suffit de vous pointer dans le resto d’a côté, prendre leur wifi et de le craquer pour le garder.

l’interieur

On a juste visiter un petit losmen planqué dans une rue à Légian, la chambre était de 15euros/Nuit) on a demandé si il y avait une cuisine, non donc, le gars nous répond qu’il loue une maison dans sa maison ( ??!!!??) il en loue 2 d’ailleurs chez lui, en fait dans sa cour il y a deux maisonnettes indépendantes donc impossible à voir de la rue, on visite , on prend !on est chez un Balinais qu’on ne voit d’ailleurs jamais avec tout ce qu’il faut dedans, à quelques mètres de la plage, au calme ( enfin tout est relatif dans les rues ) et pas cher ! On est chez nous pour 10euros /jour, au mois il loue sa petite maisonnette 300euros. Voilà un bon plan.

Il faut donc se balader une journée, parler aux locaux, il y a un réseau d’hébergements existant que les guides ignorent bien sur !Il faut le savoir ! N’hésitez pas à demander aux locaux, dans les warung et même dans les losmens, ils vous referont toujours à un ami ou une connaissance qui loue ce genre de maisonnette et vous y serez tranquille, vous ferez des économies. Bien sûr il faut avoir un peu de temps, si vous êtes là en vacances 1 ou 2 semaines il faudra perdre une journée du séjour pour faire cela. A voir.

Pour info il y a plus d’hébergement de ce type à Legian et Kuta qu’ailleurs mais préférez Legian à Kuta, moins bondé puis la plage et la mer sont beaucoup plus propres.( sinon vous surfer dans des sacs plastiques)

Pour les activités dans le sud de Bali ?

A part la plage et le surf, il n’y a pas grand chose .
Louer une planche de surf pour deux heures ou trois (en négociant on peut payer la location 3euros pour 3 heures) donc ca reste très raisonnable.

Si on veut juste se poser sur la plage, il faut louer généralement un transat (à la journée on vous propose 100000 roupies soit 10euros) pour deux transats, mais on peut négocier à 50000 la journée voir 20000 pour quelques heures.

Pourquoi louer un transat me direz vous ?
Le sable est volcanique donc brûlant au soleil, même avec une serviette on ne tient pas longtemps allongé sur le sol ! et puis vous gardez un œil sur vos affaires, attention aux vols toujours.

la sécu beach

Les îles GILLI , un petit tour sur l’île de la fête ?

On est resté une semaine sur les Gillis.
Le bateau part de Bali (uniquement de Padang Bay).
Il faut savoir que vous avez une heure de trajet avec l’odeur de l’essence à plein nez, donc il n’est pas rare de voir beaucoup de touristes avoir des nausées pendant le trajet en bâteau. On en a fait les frais (pourtant on est pas des petites natures !!!)

Arrivée à gillis « gillis trawangan », la plus grande des 3 iles, vous vous faites harponner pour les logements. L’île n’est pas très grande, en 40 min en vélo vous avez fait le tour. Pas de surf à Gillis contrairement à ce qu’on peut vous dire, juste bien pour le snorkeling ( avec accès bateau sinon coraux mort au bord).

Sur cette île pas de transport à moteur, ni scooter ni autre ( c’est bien çà).

Si , Il y a des chevaux qui peuvent vous emmener d’un point à l’autre si vous êtes un gros feignant, vous vous asseyez dans la carriole derrière comme un cul de jatte et vous vous laisser transporter par un pauvre cheval qui des heures durant, ne fait que çà sous le soleil de plomb, les sabots fortement usés, bavant de la mousse… Bref, clairement , les touristes assistés comme toujours.. » (c’est pas comme ci il y a avait un paris Roubaix à faire »….. )

Pour trouver un logement :

Dés votre arrivée en bateau, vous pouvez aller à droite ou a gauche.

A gauche , pendant 1km et demi vous trouverez face à la mer des logements de tout type mais qui reste cher, c’est le coin des bars, clubs, musique à fond du matin au soir, beaucoup de monde et plage absolument dégueulasse (il y a les bateaux qui restent là et qui y déversent leur déchets).

Si vous prenez vers la droite , marcher 1KM et ca devient beaucoup plus calme, vous pourrez trouver des logements moins chers, propres.
Il faut rentrer dans les petits chemins de terre, demander dans les warung de ce côté.

On a trouvé un bungalow dans un petit cottage pour 25euros/nuit pour trois avec petit déj.

Gillis trawangan reste une île touristique, on a été un peu déçu, c’est pas le paradis du tout, c’est un bon moyen de se reposer mais il n’y a pas grand chose à faire enfin de compte. Sauf la fête en testant les magic mushroom ( vendus à chaque coin de rue, plus d’autres produits si vous êtes un dingue en quête de je ne sais quoi).

On peut aussi se faire des dreadlocks sur la plage, c’est une île qui se dit cool cool, avec eun porte-monnaie toujours.…

sympa le spot à Gilli

C’est une île Musulmane aussi, donc si vous logez près de la plage , vers le centre là ou on vous débarque, toutes les heures vous entendrez des chansons incompréhensibles, des voix, le haut parleur est super fort et vous réveille à 5heures du matin ; mieux vaut être avertis (mais même temps ca reste le seul point de repère pour vous dire on est en voyage dans une île inconnue…). Là vous ne vous plaindrez plus d’entendre le chant des coqs au petit matin…

A part tout çà, et bien c’est tout.

A VOIR , A FAIRE, A DECOUVRIR A BALI 

Vers Ubud :

Monkey Forest sanctuary

Très sympa, car vous vous baladez dans une forêt avec des arbres géants dont le tronc est naturellement sculpté , vous croiserez des singes (macaques) en liberté, avec leur petit à l’affût de nourriture. Si vous vous asseyez , ils viendront vers vous, vous grimperont dessus en attendant une banane.Attention ils volent tout, vous arrachent les colliers, ouvrent même votre sac, ils sont inoffensifs mais ils mordent quelques fois (deux fois pour ma part car je ne leur ai rien filé).Enfin c’est très sympa comme balade.

L’incruste

Les rizières valent vraiment le détour surtout la rizière de «  Tempaksiring » au nord de Ubud. Une petite heure à marcher sur les sentiers entre les champs de riz, en plus la vue est juste formidable !

une bien jolie rizière

Le village de Mas avec les sculpteurs, c’est ici que nos magasins « casa », ou encore « maison du monde » viennent récupérer les tables, les chaises, les lits, les objets vintage ou sculptés qu’ils revendent à un prix fou, c’est pas cher du tout en fait, on voit les Bâlinais au travail, c’est chouette et c’est  AU T H E N T I Q U E.

Les cérémonies, les crémations, il y en a souvent en fait dans les petits villages, c’est un vrai spectacle, musique, chant, encens, tout les Bâlinais du village y participent, ils ne travaillent donc pas ce jour là, ils ont tous vêtus en habit traditionnel, chacun apporte sa pierre à l’édifice, ca dure des heures parfois, mais c’est très beau et c’est à vivre.

crémation

Se perdre en scooter dans les rues des villages , c’est un bon moyen d’apprendre un peu plus sur Bali, éviter les taxis ou  les bus à touristes vous n’y trouverez rien d’authentique à part si vous avez un programme bien chargé en visite.

Il est difficile les premiers jours de conduite à Bali, pas vraiment de code de la route, on roule juste a gauche. Il y a beaucoup de trafic mais le scooter reste le transport numéro 1, ca va plus vite, on évite les bouchons et on se faufile dans des endroits qu’on aurait jamais découvert en voiture par exemple.

De Ubud ,on a roulé une heure pour voir le Mont Batur, voir les sources d’eaux chaudes,  tester dans des jardins tropicaux le bali copi (coffee), on a  rencontré les paysans dans les rizières, on a vu comment vivaient les locaux, on a même bu un café chez l’un d’entre eux. On a vu leur habitation, les familles se lavant dans les rivières, les écoliers allant à l’école au pas en chanson , bref le vrai Bali.

A Bali on a pas besoin de guide, personnellement il n’ y a aucun risque de quoi que ce soit.
BEMOL sur un point : En scooter mieux vaut avoir son permis international et porter un casque (a cause des accidents) mais aussi avec la police, celles ci vous arrêtent souvent (corruption) si l’une de ces deux obligations n’est pas respectées ( le touriste uniquement) on vous demande beaucoup d’argent a payer cash et si vous ne pouvez pas pas c’est direction le poste.. après je ne sais pas ce qui se passe .

Tanah lot – première visite – pas d’eau

AU SUD DE BALI

Comme expliqué précédemment, a part les sports d’eau et surtout le surf il n’y a rien a faire d’autre dans le sud (hormi quelques balades et sites). Le surf c’est l’activité number one !

Vous pouvez toujours vous balader pendant des heures sur la plage de Legian a Canggu  ou de Legian a Kuta sans problème, faire du jogging chaque matin ( ce qu’on fait), pour les passionnés de photos, il y a de quoi faire en règle générale.

Par contre dans le sud ce qui est assez pénible c’est d’entendre  et d’être harponné à chaque moment par des phrases du genre «  traaaaaaaaaaanspooooouuurt » « taxiiiiiiiiiii », tu as beau être sur la plage on te demande 100 fois par jour de te transporter même si c’est pour 10 mètres ! Ensuite sur la plage tu as ces femmes ( courageuse on peut le dire) qui ne te lâche pas, tu dois absolument acheter un sarung, une robe, un bijou, un fruit, faire ta manucure…. Tu n’es jamais tranquille, commerce is commerce à la plage.
En ville, dans les rues partout à n’importe quelle heure tu entends hurler dans tes oreilles ( bien habitué on peut le dire) « Maaaaaaaasssssaaaaaaaazeeeee » ( massage quoi ), ici tu peux te faire masser 24/24! (pour ma part c’est pire qu’en Thailande), bref se balader veut souvent dire être préparé à ne plus communiquer ni écouter, c’est malheureux mais c’est comme çà. Dans le sud , je trouve qu’il n’y a plus vraiment de rapport humain, ce ne sont que des rapports bisness avec les Bâlinais.

Le soir c’est un peu plus calme si on se promène le long de la plage mais il y a ces femmes qui rôdent, avec leur petits enfants et dés qu’elles t’aperçoivent à la pénombre d’une rue, elles poussent ces enfants (des fois 2 ans d’âge) à te coller pour vendre des bracelets. Tu achètes une fois car tu as mal au cœur, par la suite tu as toujours mal au cœur mais tu dois être indifférent car ce n’est pas leur rendre service.

Petit et déjà dans le commerce  propagande, tu ne peux que leur sourire et te sentir comme un con car tu ne peux rien changer à cela. Ils sont là à errer les rues jusque tard dans la nuit. Bref il est assez difficile de se faire une image de Bali car dans ce genre de destination il y a trop de paradoxe richesse/pauvreté.

Tu manges à ta faim avec vue sur l’ocean et vue sur les enfants qui vendent les petits bracelets. On se sent simplement écœurant d’être là parfois et affreusement chanceux d ‘être Européen. On ne peut rien changer a cette double facette du voyageur , routard avec le cul bordé de nouilles pour être direct.

En conclusion, Bali n’est plus Bali. Même si on a trouvé des différences avec notre vie ordinaire (ce que l’on recherche en priorité dans un voyage), avec une culture, une religion magnifique Bali se perdra dans quelques années avec ce tourisme de masse. Les petites maisons Bâlinaises et leur petit temple seront détruites au profit des investigateurs immobiliers, de l’argent et au nom du commerce profitable qui ne touchera qu’une petite partie de la population Bâlinaise.

Les enfants de Bali aujourd’hui ne seront plus que le moteur commerciale des produits touristiques étrangers de demain ou seront des paysans qui essaieront de survivre face à cela.

Bali sera devenue une île de vacances, sans spiritualité, perdra son authenticité.

A chaque passage dans un endroit on s’aperçoit de cela, les immeubles, les hôtels effacent peu à peu le visage d’un Bali que l’on a tous rêver de vivre un jour, une fois…

Bali c’est aujourd’hui pas demain.
Mieux vaut vivre Bali 2 semaines que 2 mois pour en garder un souvenir culturel riche et  mémorable. Néanmoins les Bâlinais restent un peuple que nous avons beaucoup aimé.

A bientôt !

Advertisements